Le milieu du spectacle vivant et surtout celui de la comédie musicale fait rêver les foules. Mais la réalité des métiers qui fourmillent sur scène ou en coulisses reste méconnue. Des costumiers aux compositeurs en passant par les régisseurs, Compote de Prod vous propose une galerie de portraits des différentes fonctions que compte cet univers compte.

Pour Compote de Prod, Benjamin Landrot est l’expert technique et l’arrangeur des musiques des spectacles Souviens-toi Pan, Alice et La Cigale sans la Fourmi.

Découvrez nos précédentes interviews:

C’est quoi ton job ? Julien Goetz, compositeur : «Des heures à chercher une mélodie»

Julien Iscache, producteur : «Tout faire pour que le talent de chacun s’exprime au plus haut»

Alban Jarossay, coiffeur-maquilleur : «Traduire la vision du metteur en scène»

Marina Pangos, metteur en scène : «Donner vie à l’écriture»

– Valentine Roux, chargée de production et responsable communication : «Je suis une petite souris»

C’est quoi ton métier ?

Chez Compote de Prod, je suis associé et touche à tout dans la technique : son, lumière, musique. Dès qu’il faut apprendre à utiliser un équipement, un logiciel, gagner de l’expertise sur un sujet technique, c’est généralement moi qui m’en occupe.

Je suis musicien depuis mes 10 ans. Je travaille donc aussi avec Julien Goetz sur la composition. Je joue des instruments si nécessaire et je programme les autres instruments via un ordinateur. Julien trouve les mélodies, je les arrange.

Avant et pendant les spectacles, c’est aussi moi qui gère la régie son.

Une journée type, ça ressemble à quoi ?

La journée, je suis ingénieur logiciel et électronique dans une entreprise qui fabrique des systèmes de sonorisation professionnels. Avec Compote, une soirée de composition commence vers 20h. Avec Julien, on brainstorme, on cherche des instruments, jusqu’à minuit.

En période de tournée, j’endosse mon costume de technicien. On charge le matériel à l’entrepôt, on l’apporte en camion jusqu’à la salle. On discute avec les régisseurs de la salle des particularités du lieu. Je fais les balances puis je gère la régie son pendant le spectacle. Avant de remballer tout le matériel et de partir vers une autre ville si on joue le lendemain.

Comment es-tu arrivé là ?

Au début, je suis rentré dans l’aventure Compote de Prod pour aider sur les lumières. Je suis vite arrivé sur la partie musicale. J’ai commencé par faire le mixage de Souviens toi Pan à la place de la personne qui était là. Puis j’ai été inclus dans les discussions pour la suite.

Pourquoi voulais-tu faire ce métier ?

C’est surtout l’occasion qui a fait que j’ai rejoint Compote de Prod. J’ai toujours souhaité avoir une activité artistique. Depuis mes 10 ans, j’ai participé à une chorale, un groupe de musique, une troupe de théâtre. J’ai toujours un projet quelque part et s’il s’arrête j’en cherche un autre.  Donc Compote de Prod, c’est un peu un projet parmi les autres sauf que c’est un aventure plus ambitieuse et qui dure depuis plus longtemps. J’ai un besoin de mettre en pratique ce que je sais faire, d’acquérir de nouvelles compétences. Je ressens une soif de réaliser des créations de qualité. Tout cela m’aide beaucoup dans mon travail d’ingénieur. Je sais par exemple que mes activités ont été un atout énorme sur mon CV pour trouver mon job actuel.

Qu’est-ce que ça représente pour toi de travailler dans l’univers du spectacle vivant ?

En comparant avec d’autres secteurs, c’est un milieu avec beaucoup d’artistes pleins d’envie mais où il n’est pas facile de réussir. Il y a peu de places donc c’est un milieu sélectif. Je vois souvent les mêmes têtes d’un spectacle à l’autre.  J’ai l’impression que c’est un univers de relations où il faut prouver sa valeur.

Je trouve que le milieu de la comédie musicale à Paris très bienveillant. Mon impression est sans doute liée à une sélection naturelle que nous nous avons fait chez Compote. Les gens que nous faisons travailler sont talentueux et très bienveillants. C’est du moins ce que j’observe avec mon regard de technicien.

C’est aussi un milieu où trouver des financements, gérer les budgets est compliqué. Chez Compote, nous avons trouvé des formules qui fonctionnent et on essaie de s’y conformer. Mais je vois que c’est la loterie. J’ai vu de supers spectacles s’écrouler parce qu’ils ont mal géré leur budget ou n’ont pas trouvé leur place. C’est une aventure quand tu te lances dans ce milieu.

Que préfères-tu dans ton métier ?

Ce que je préfère c’est quand les gens sont au spectacle, en extase. Je sais que c’est entre autres grâce à moi mais eux ne savent pas que j’y suis pour quelque chose. Je suis dans l’ombre et je me frotte les mains ! J’aime être en retrait et garder une part de mystère. Je trouve ça très gratifiant. Émotionnellement, je pense que je recherche ça, même inconsciemment.

Que détestes-tu dans ton métier ?

Ce qui m’agace c’est que le type de spectacle que nous faisons – comédie musicale inspirée (modestement) de Broadway –  ne fonctionne pas autant qu’on le voudrait. En comparaison, des créations parfois médiocres sont d’énormes succès. Je trouve que le ratio mérite/réussite n’est pas toujours équilibré. On peut faire le parallèle avec la télévision, entre les programmes culturels et certaines émissions de divertissement… Parfois le public y va les yeux fermés, souvent quand il y a un gros budget. Il y a une injustice là-dedans.

Quels sont tes plans professionnels pour les prochains mois ?

Nous sommes en pleine création d’un nouveau spectacle ! Donc la fin de l’année 2019 et toute l’année 2020 seront consacrées à la composition des musiques avec Julien. Je serai aussi présent quand je le peux sur la préparation et réalisation de tous les projets Compote : spectacles ou événementiels.