Ce n’est pas le tout d’écrire un spectacle, de le monter en résidence, ni même de le financer. L’objectif de toute création artistique dans le spectacle vivant est de le présenter devant un public. Pour cela, il faut trouver une salle adaptée. Là, alors que la partie semble gagnée, les ennuis peuvent commencer.

Quel engagement conclure avec la salle ? Comment négocier le contrat ? Deux formes aux antipodes l’une de l’autre existent. En gros, vous pouvez payer pour jouer ou être payé pour jouer. On vous explique tout.

Payer pour jouer ?

La première option pour présenter votre spectacle dans un théâtre est la location.

Dans ce cas, vous allez verser une certaine somme d’argent pour disposer d’un créneau horaire et, en contrepartie, vous récupérerez les fonds liés à la vente des tickets.

Plusieurs points sont essentiels dans le cadre de ces contrats de location :

  • Le prix de location de la salle (évidemment). Ce prix est donné par le théâtre en fonction de nombreux critères : le nombre de places, la localisation, la renommée, l’installation technique, la mise à disposition de leur personnel. Tout prix proposé peut se négocier dans la mesure du raisonnable et avec de bons arguments. Mais il doit surtout être en adéquation avec le plan financier que vous aurez validé au préalable pour la production de votre spectacle. Si les places de votre spectacle se vendent 10 ou 40€, le prix de location acceptable ne sera bien évidemment pas le même.
  • La différence entre le prix de vente TTC des tickets et la somme qui arrivera in fine sur votre compte. Il est indispensable de bien calculer ce qui sera enlevé au prix de vente facial au public, et qui peut parfois revenir à la moitié du prix de vente : la TVA, les droits d’auteur, les droits voisins, le droit de garde, les frais d’équipement.
  • Ce que comprend exactement la location.  Est-ce qu’un régisseur est fourni avec le créneau de location ? Quelle est la durée du créneau ? À combien de temps de montage ai-je droit pour installer et faire les réglages propres à mon spectacle ? Ces points peuvent sembler secondaires quand on a ENFIN trouvé une salle pour jouer, mais ils sont cruciaux pour le bon déroulement de l’exploitation. Aussi ils peuvent faire partie des arguments de négociation du prix de la salle. 

Un autre type de contrat qui s’apparente à de la location est ce qu’on appelle de la « co-réalisation ». Dans ce cas, il n’y a pas de location sèche de la salle, mais un partage des recettes de billetterie entre le théâtre et la production. 

C'est la rentrée chez Compote de Prod !

Être payé pour jouer ?

Dans ce cas-là, une salle de spectacle achète le droit de présenter votre spectacle. Sur le papier, c’est évidemment ce que recherche toute production de spectacle et…dans la réalité aussi ! Ce sont donc les contrats les plus difficiles à décrocher.

Cependant, et comme dans le cas précédent, il faut bien faire attention aux conditions contractuelles, notamment :

  • Le prix de cession du spectacle. Il s’agit du prix de base que vous allez annoncer et qui comprend la cession à la salle du droit de représenter le spectacle pour une ou plusieurs représentations. Ce montant doit contenir deux choses principales : le montant des cachets votre équipe artistique et technique ainsi qu’une marge qui va vous permettre de rembourser l’investissement consenti pour créer le spectacle. Dès lors que vous avez remboursé les coûts de création, cela peut vous permettre de créer de nouveaux projets !
  • Les frais annexes. Si vous jouez le spectacle à 50, 100 ou 1000 km de chez vous, les frais engendrés ne seront pas les mêmes. Il est très important de vous mettre d’accord avec le théâtre sur l’entité qui prend en charge chacune des dépenses annexes. Elles se regroupent en trois catégories et sont souvent appelées VHR (véhicule, hébergement, restauration).
  • Les droits d’auteurs et les droits voisins. Ils sont généralement à la charge du théâtre mais il faut bien faire attention à le spécifier sur le contrat. Ils peuvent représenter environ 15% du prix de cession hors TVA.

Dans la vie d’exploitation d’un spectacle vous allez généralement passer par tous les types de contrats définis ci-dessus. La location est très répandue dans les théâtres privés qui sont majoritairement situés dans les grandes villes françaises, avec une extrême concentration à Paris.

INFO BONUS : Pour vous repérer, sachez que dans 95% des cas, les théâtre municipaux font de la cession et les théâtres privés font de la location ou co-réalisation.

Un investissement initial en louant des salles pour se faire connaître est souvent nécessaire. C’est ce le cas par exemple au Festival OFF d’Avignon. Ceci pourra donner une très bonne visibilité à votre spectacle pour y inviter des professionnels, et ainsi espérer que votre spectacle soit acheté !

Vous êtes perdu.e dans ces modalités contractuelles ? Compote de Prod est une société de production experte dans la diffusion et la production exécutive de spectacles vivants. Parlez-nous de votre projet ! 

Partagez cet article !

Suivez Compote de Prod sur les réseaux sociaux