Qui est Peter Pan pour vous ? Probablement un jeune farceur qui vit dans un monde naïf des aventures joyeuses ? Pas si sûr.

Farceur et aventurier pour Disney

Tout le monde connaît l’histoire de Peter Pan. Une fable sur la vie d’un garçon qui ne veut pas grandir dans un pays imaginaire et enchanteur. Comme c’est le cas avec Alice au pays des merveilles, notre vision de ce personnage sans âge est un peu édulcorée par l’adaptation faite par Disney en 1953.

«On a l’image d’un personnage joyeux, qui incarne l’aventure, l’enfant éternel, la vitalité, l’insouciance», explique dans un article de France Culture, Nathalie Prince, professeur de lettres à l’Université du Mans.

Un personnage cruel selon l’auteur

Le personnage d’origine est beaucoup plus sombre. Au début du XXe siècle, c’est l’auteur écossais James Matthew Barrie qui imagine Peter Pan. Le héros dépeint est alors méchant et égoïste.

Ainsi dans Peter Pan et Wendy en 1911, Barrie écrit :

«Il monte faire les préparatifs tout en s’efforçant de respirer le plus fort possible car un adage de l’Ile dit que chaque fois qu’on respire une grande personne tombe raide morte.»

Et si Peter Pan n’était pas si gentil que ça ?

Vous avez bien compris. Le Peter Pan original s’amuse à tuer des adultes. Il fait de même avec les enfants perdus.

Ainsi, on peut lire :

« Le nombre des garçons vivant dans l’Ile peut varier, évidemment, selon qu’il leur arrive d’être tués ou bien d’autres choses. Dès qu’ils semblent avoir grandi – ce qui est contraire au règlement- Peter les supprime».

Gommer l’enfance

Andy Signore, célèbre pour ses «Honest Trailers», parodies de bandes-annonces de films à succès, décrit lui un Peter Pan misogyne, raciste et plutôt terrifiant.

« Peter Pan reconnaît qu’il n’a pas le moindre souvenir des enfants perdus, il oublie aussi sa petite fée, Clochette, précise Nathalie Prince. Il oublie donc son histoire, il ne sait rien sur lui-même, c’est absolument terrible. Il oublie Wendy et Wendy, elle-même, oublie ce qu’il s’est passé quand elle devient adulte. C’est une histoire où, effectivement, cette notion d’oubli et de gommage de ce qu’il s’est passé est terrible. Mais, en fait, ça rejoint finalement la question du passage de l’état d’enfance à l’âge adulte, on oblitère l’enfance, on gomme l’enfance quand on devient grand».

«Le Monde de Peter Pan», la comédie musicale qui renouvelle le héros

Si Peter Pan n’est pas aussi cool que ce que l’on imagine, son adversaire le Capitaine Crochet n’est lui pas aussi cruel et stupide. Il se révèle dans l’oeuvre de Barrie, faillible, humain. On est loin du manichéisme souhaité par Disney.

Une subtilité que Compote de Prod cherche à retrouver dans son adaptation en comédie musicale : Le Monde de Peter Pan.

«En recréant un univers où le merveilleux et la cruauté vont main dans la main, cette nouvelle adaptation aura une couleur moins acidulée, explique Julie Lemas, auteure du livret et metteuse en scène. En s’appuyant notamment sur la symétrie entre les personnages de Peter Pan et du Capitaine Crochet. Se faisant appeler « Capitaine » par leur tribu respective, Peter Pan ne serait-il pas un Crochet en devenir ? Et Crochet, ne serait-il pas un Peter monté en graine ?»

Découvrez Le Monde de Peter Pan sur la page Facebook du spectacle.

Découvrez Le Monde de Peter Pan sur la page Facebook du spectacle.

Suivez Compote de Prod sur les réseaux sociaux