Le milieu du spectacle vivant et surtout celui de la comédie musicale fait rêver les foules. Mais la réalité des métiers qui fourmillent sur scène ou en coulisses reste méconnue. Des costumiers aux compositeurs en passant par les régisseurs, Compote de Prod vous propose une galerie de portraits des différentes fonctions que cet univers compte.

Pour Compote de Prod, Valentine Roux est chargée de production et responsable de la communication.

Découvrez nos précédentes interviews:

Julien Iscache, producteur : «Tout faire pour que le talent de chacun s’exprime au plus haut»

Alban Jarossay, coiffeur-maquilleur : «Traduire la vision du metteur en scène»

Marina Pangos, metteur en scène : «Donner vie à l’écriture»

C’est quoi ton métier ?

Mon titre officiel est Chargée de production et Responsable communication de Compote de Prod. Cela veut dire que je bosse sur deux postes distincts.

D’une part, je m’occupe de l’administration et de la gestion des ressources humaines (c’est-à-dire la rédaction des contrats, les déclarations d’embauche, les fiches de paie). Je gère aussi la partie production exécutive d’un projet, c’est à dire l’élaboration des plannings des équipes artistiques, la logistique. J’accompagne et coordonne des équipes en tournée, en suivant des budgets. Je développe des partenariats et m’assure de la couverture médiatique des spectacles.

D’autre part, je gère une bonne partie de la communication de Compote: création de contenus audiovisuels, création de chartes graphiques, élaboration des dossiers de presse et autres documents de communication spécifiques, gestion partielle des réseaux sociaux. En somme, je suis une petite souris qui suit les équipes partout, tout le temps, sans qu’on la remarque.

Suivez @Val_Och sur Twitter et Instagram

Une journée type, ça ressemble à quoi ?

Justement, une chose que j’aime dans ce métier, c’est qu’aucune de mes journées ne se ressemble. La routine n’existe pas. Chaque mission s’adapte aux différents projets. En ce qui me concerne, je travaille par phase. Je me concentre sur une grosse tâche sur plusieurs jours. Par exemple, au moment de créer de nouveaux visuels pour un spectacle, je vais m’enfermer deux semaines dans un bureau pour pondre des propositions. Ou bien, chaque fin de mois, je vais passer deux jours à faire uniquement de l’administratif. En parallèle, je suis chaque projet en toile de fond et en je reste disponible pour les équipes.

Comment es-tu arrivée là ?

J’ai rencontré les associés de Compote de Prod par l’une de mes autres activités : je suis chroniqueuse et vulgarisatrice de théâtre sur internet, c’est-à-dire que je gère une chaîne Youtube (Le Clou du Spectacle) qui parle de théâtre. À Avignon, en 2017, j’avais souhaité interviewer Morgane L’Hostis Parisot – le rôle titre d’Alice, la comédie musicale – pour mon émission. Il se trouve que le directeur des productions de Compote, Julien Iscache, l’a accompagnée sur l’enregistrement. On s’est donc rencontrés dans ce cadre-là. Je cherchais à l’époque un simple stage en boîte de prod pour aborder ce métier dont je ne connaissais pas grand chose. Julien m’a proposé de collaborer. Deux ans plus tard, je suis toujours là !

Découvrez «Le Clou du Spectacle», chaîne Youtube de Valentine Roux

Pourquoi voulais-tu faire ce métier ?

J’aime le milieu des arts et de la culture depuis très longtemps. Je naviguais professionnellement dedans depuis quelques années déjà en tant que comédienne et vidéaste. Mais je cherchais à être davantage au cœur, à l’origine des projets, à pouvoir être au contact de tous les corps de métiers existants, savoir parler toutes les langues de ce domaine – des équipes créatives aux techniciens en passant par les relations publiques et le développement commercial. Et c’est en production que j’ai trouvé cette place. C’est à cet endroit précisément que je me sens bien, en multitâche.

Ça signifie quoi pour toi travailler dans le spectacle vivant ?

Travailler dans le spectacle vivant et par extension dans le milieu culturel est pour moi une forme d’engagement citoyen, et une forme d’éthique. Je souhaite donner de mon temps et mon énergie à une activité qui a un sens à mes yeux. Produire du théâtre, c’est permettre à des artistes de porter haut leurs voix, leurs pensées, leurs revendications, leurs histoires. C’est aussi nourrir des réflexions chez le spectateur sur le monde qui nous entoure, ouvrir et construire des esprits critiques. Et c’est enfin leur permettre de rêver, de s’évader au gré des histoires portées sur scène – en particulier en comédie musicale.

Que préfères-tu dans ce métier ?

L’exact moment que je préfère dans ce métier, c’est sûrement la première d’un spectacle. Tout est réuni. C’est le premier point d’aboutissement du travail d’une multiplicité de talents divers. C’est le moment où tout le monde peut être fier de lui et reconnaissant du travail de l’autre. C’est aussi le moment où tout le monde sait qu’il y a encore un long chemin à parcourir. Mais c’est surtout ce moment de joie partagée par toute une équipe. Donc finalement ce que je préfère dans ce métier, c’est le partage.

Que détestes-tu dans ton métier ?

Les difficultés que j’ai rencontré sur ces deux dernières années ont été de deux types. Le temps et les moyens sont des ressources limitées contrairement à la montagne de travail et d’ambitions qu’on a devant soi et qui – elle – est extensible à l’infini.

Quels sont tes plans professionnels pour les prochains mois ?

Continuer à doucement prendre ma place et mes responsabilités grandissantes chez Compote de Prod, pour les années qui vont suivre, pour mon plus grand bonheur !